Quand la flore tombe malade

September 28, 2016

 Depuis peu, la microflore a obtenu le statut d’organe à part entière. En effet, étant donné ses très nombreuses fonctions physiologiques, son mauvais état conduit à de véritables maladies. Les médecins parlent alors de « dysmicrobisme », terme barbare désignant une maladie de l’écosystème intestinal.

 

Malheureusement, ses symptômes ne sont pas toujours clairement identifiés par la médecine dite moderne. Et hélas, le diagnostic étant imprécis, le traitement l’est tout autant : l’immense majorité des patients atteints de dysmicrobisme prenant deux types de médicaments inadaptés, l’un contre les troubles digestifs (anti-diarrhéique ou anti-constipation), l’autre à visée « psy » (tranquillisant, antidépresseur…).

 

Les résultats sont évidemment médiocres, voire nuls et de toute façon temporaires ; ils risquent en outre de créer un cercle vicieux, notamment la « maladie des laxatifs ».

Un déséquilibre de la flore perturbe tout l’écosystème intestinal et peut se traduire de multiples façons. Lorsqu’on est patraque, l’estomac « à l’envers » avec la peau terne et le teint brouillé, on incrimine souvent le foie, et avec raison : quand cet organe est fatigué (ou malade), l’ensemble du corps en pâtit.

 

Jusqu’à présent, il était reconnu comme la manufacture métabolique la plus active du corps, une sorte d’usine où tout se crée, se perd et se transforme. Les scientifiques pensent aujourd’hui que l’activité métabolique des bactéries intestinales est tout aussi primordiale. Voilà pourquoi cette flore a été promue véritable organe !

 

Les causes d’un dérèglement de la flore :

  • Changement d’alimentation (régime, voyage…)

  • Alimentation riche en protéines et graisses, pauvre en fruits et légumes,

  • Stress,

  • Prise de médicaments (surtout antibiotiques et anti-inflammatoires),

  • Allergie, hypersensibilité alimentaire,

  • Déficit immunitaire,

  • Âge,

  • Ménopause,

  • Maladie métabolique sévère,

  • Insuffisance thyroïdienne ou surrénalienne,

  • Chirurgie (surtout intestinale), anesthésie,

  • Maladie intestinale chronique (Crohn…) ou aiguë (gastro-entérite).

Conséquences d’un dérèglement de la flore :

De « mauvaises » bactéries prennent le dessus sur les « bonnes ». Résultat : une myriade de maux, petits et grand. Il est nécessaire de rétablir l’équilibre en apportant des probiotiques. Ces derniers ne sont que de passage. En revanche, notre microflore « personnelle », elle, est bel et bien installée et défend farouchement son territoire. Il faut l’aider à rétablir la loi, c’est la seule façon de trouver la paix, c’est-à-dire de ne plus laisser les bactéries ennemies s’emparer du territoire.

 

C’est à ce moment que les probiotiques interviennent, mais que peuvent faire les probiotiques pour vous ?

 

Les probiotiques sont remarquablement efficaces en cas de manifestations allergiques. Notamment de :

Dermatite atopique, eczéma, asthme, pollinose, allergies alimentaires, intolérances alimentaires, mycose vaginale, mycose intestinale (candidose), ballonnements, troubles digestifs, fatigue, colite, constipation, crohn – rectocolite hémorragique, cystite, déprime, troubles de l’humeur, diabète de type 2, diarrhée – gastro-entérite, digestion lente, eczéma, estomac (gastrite, ulcère), troubles de la fertilité, immunité (renforcer), intestin irritable, migraine, mauvaise haleine, ménopause (troubles de la), stress, maladies mentales, surpoids...

 

En fait, les médicaments « classiques » ne traitent que les symptômes isolément, mais ne soignent pas la cause. Les probiotiques, oui !

 

 

Références : Prenez soin de vos intestins de Daniel Kieffer, le charme discret de l'intestin de Giulia Enders, le grand livre des probiotiques et prébiotiques de Danièle Festy.

 

 

.

Please reload

ARTICLE A L'AFFICHE

Cure détox contre les métaux lourds ?

January 10, 2018

1/4
Please reload

ARTICLES RECENTS
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags